Artistes

 

Hélène Morant

Hélène débute ses études de violon à l’âge de six ans dans la classe de Valérie Bernard au Conservatoire de Sion. Elève de Stefan Rusiecki à Lausanne dès 2010, elle obtient son certificat de violon trois ans plus tard avec les félicitations du jury. Elle fait son Bachelor à la Haute école de musique de Lausanne d’abord avec Lihay Bendayan puis avec Sergiu Schwartz. Hélène vient d’entamer son master à la Haute Ecole de Musique de Berne (HKB) dans la classe de Monika Urbaniak. En plus de sa formation, elle a pu prendre part à plusieurs masters class en Suisse, en France et en Israel avec Shlomo Mintz, Lihay Bendayan, Yuuki Wong et Joseph Hell.

Elle connaît bien Grimentz pour y passer du temps durant ses loisirs, dans le chalet de vacances de ses parents. 

Ludo Joly

Ludo Joly a fait ses études aux conservatoires de Louvain (violoncelle) et de Malines (contrebasse) où il a obtenu la médaille du gouvernement pour la contrebasse et le prix Schevernels.

Il termine ensuite ses études au Conservatoire Royal de Musique de Bruxelles, où il obtient un diplôme supérieur de contrebasse dans la classe de M. Aerts et un diplôme supérieur de musique de chambre dans la classe A. Van Lysebeth.

Pendant plusieurs années, il a été le contrebassiste de l’Orchestre de Chambre Flamand de Bruxelles.  De 1985 à 1992, il a été membre du New Belgian Chamber Orchestra.

Depuis 1985, il est également membre de l’Orchestre National de Belgique, où il est soliste depuis 1992.  Entretemps, il a collaboré avec de nombreux ensembles et orchestres tels que l’orchestre de la Monnaie, l’Orchestre Philharmonique de Flandre, le VROorkest, le Collegium Brugense, I Fiamminghi, l’Ensemble Eugène Ysaye, le trio Grumiaux …

En 1990, il fonde l’ensemble de musique de chambre «Piacevole», qui est depuis devenu l’un de nos principaux ensembles en Belgique.

De 1999 à 2007, il a enseigné la contrebasse et la musique de chambre au Conservatoire Royal de Gand. Jusqu’à aujourd’hui, il est également professeur de contrebasse au Conservatoire de Louvain.

 

Jordan Gregoris

Jordan Gregoris débute le violoncelle en France, son pays natal. Après avoir obtenu ses diplômes en France, à Londres et en Suisse, notamment à la HEMu de Lausanne, site de Sion, il intègre plusieurs ensembles professionnels et participe à de  nombreux festivals, tels le Sion Festival, le Lavaux Classic, le Montreux Jazz Festival et le Cully Jazz.

Avec ses ensembles, Jordan Gregoris remporte plusieurs prix internationaux qui aboutissent à des prestations à l’étranger (New York, Munich, Paris, Londres) et à des enregistrements de disques.

Regis Pasquier

Né dans une illustre famille de musiciens, Régis Pasquier est bercé par la musique dès son plus jeune âge. Cette complicité précoce est d’emblée fructueuse puisqu’elle lui vaut de remporter, à 12 ans, ses Premiers Prix de violon et de musique de chambre au CNSM de Paris et de s’envoler, deux ans après, aux Etats-Unis. Le voyage sera décisif : il rencontre Isaac Stern, David Oïstrakh, Pierre Fournier et Nadia Boulanger. Séduit par son jeu, Zino Francescatti l’invitera quelques années plus tard à enregistrer avec lui, pour DGG, le Concerto pour deux violons de Bach.

Régis Pasquier effectue régulièrement un “tour du monde musical”, se produisant, tant en musique de chambre (et plus particulièrement avec le Trio Pennetier-Pasquier-Pidoux) qu’avec des orchestres, en Australie, au Japon, au Canada, aux USA, en Amérique Centrale, en Amérique du Sud, en Nouvelle-Calédonie, en Russie, sans oublier l’Europe : Grèce,  Hongrie, Italie, Allemagne, Espagne, Portugal, Suède, etc.

A la rentrée 2015, il devient professeur à l’Ecole Normale de Musique de Paris.

 

Sabine Conzen

Formée à l’Opéra Studio de Gand au Conservatoire Royal de Bruxelles (Chant et Flûte), la soprano belge Sabine Conzen se voit décerner, à 22 ans, les « Prix au plus Jeune Finaliste» et «Prix Francis Poulenc» au Concours International de Chant de Paris.

Elle fait ses débuts au Vlaamseopera (Nabucco, Zauberflöte, Don Giovanni, Don Carlos), est invitée régulièrement à l’Opéra Royal de Wallonie (La Bohème, Lupus in Fabula, Manon, Zémire et Azor, Milo et Maya, Manon Lescault de Auber,…) et se produit également à l’Opéra de Metz (La voix humaine de Poulenc, l’Auberge du Cheval Blanc) et à l’Opéra de Reims (l’Auberge du Cheval Blanc).

Elle enregistre “Chemise de Nuit”, un recueil de poèmes de Louise de Vilmorin sur la musique de Francis Poulenc (Label Quartziade).

Sabine Conzen est professeur de chant au Conservatoire Royal de Musique de Liège.

 Pierre Henri Xuereb

Pierre Henri XUEREB a été alto solo de l’Ensemble Intercontemporain (Pierre BOULEZ) ; il mène une carrière de concertiste, invité dans les salles les plus prestigieuses et dans les grands festivals internationaux.

Sa discographie abondante lui a permis de recevoir le grand prix du disque de l’Académie Charles CROS pour une intégrale HONEGGER chez Timpani. Il enseigne au CNSM de Paris et au Conservatoire Royal de musique de Liege. Dédicataire de nombreuses créations , il a joué en soliste dans de très nombreux ensembles ou orchestres internationaux.

Il vient d’enregistrer le Concerto pour alto « Oblique » de Vladimir COSMA qui lui est dédié (Larghetto), ainsi que le « Tango » de Claude BOLLING (Lyrinx) avec l’Orchestre de chambre de Turin.

Pierre-Henri XUEREB joue également de la viole d’amour et a enregistré des répertoires baroques, classiques et contemporains avec cet instrument rare.

Karen Su       

                                                                                                       

Karen Su (1998) a été la soliste vedette du Festival Gergiev organisé par l’Orchestre Philharmonique de Rotterdam, où elle a interprété le premier Concerto pour violon de Prokofiev. En tant que soliste, Karen a été invitée à se produire avec des orchestres en Amérique du Nord, en Europe et en Asie. Elle est apparue dans des salles prestigieuses telles que De Doelen, TivoliVredenburg, Fujian Grand Théâtre et Teatro del Bicentenario. En 2019, Karen Su a interprété la première européenne du 2e Concerto pour violon de Florence Price, récemment découvert, avec le Sinfonia Rotterdam sous la direction de Conrad van Alphen.

En 2020, Karen Su a reçu le 1er prix du Concours International de ViolonRodolfo Lipizer‘, ainsi que 3 prix spéciaux. Au Concours International de Violon Rubinstein, elle a obtenu un prix spécial pour la «meilleure interprétation» du concours.

Depuis que Karen Su a débuté ses études universitaires à 15 ans, elle a été reconnue par de nombreuses fondations prestigieuses par des prix et des subventions. Elle a reçu une bourse complète du Van Beek-Donner Scholarship Award et a été récipiendaire du Hartman Award. En 2020, Karen a été nominée candidate, par une personnalité importante voulant rester anonyme, pour le prestigieux Borletti-Buitoni Trust Award.

Karen Su a débuté l’étude du violon à l’âge de 4 ans avec son père, son premier professeur, Elmer Su. Peu après, elle a entrepris ses études avec Vesna Gruppman et, simultanément, avec Igor Gruppman, violon solo de l’Orchestre Philharmonique de Rotterdam.

A 19 ans, Karen Su a obtenu son diplôme du Conservatoire de Rotterdam, en devenant Major de sa promotion, avec les honneurs Summa Cum Laude. Après avoir réussi son diplôme de maîtrise avec mention, à 21 ans, elle a été nommée artiste en résidence à la Chapelle Musicale Reine Elizabeth en Belgique.

 Sylvaine Bourban 

Originaire du Valais, la mezzo-soprano Sylviane Bourban se forme dans la classe de Hans-Jürg Rickenbacher, Hochschule Musik Luzern, puis dans celle de Marcin Habela, Haute Ecole de Musique de Genève (HEMGe). Elle est titulaire d’un master en enseignement du chant (2012) et d’un master en interprétation du chant (2015). Depuis, elle se perfectionne auprès de Rachel Harnisch, de Marcin Habela, d’Anthony di Giantomasso et de Roswitha Müller.

En tant que soliste, elle chante dans toute la Suisse et dans les pays voisins des parties variées dans des concerts ou des productions d’opéra. Son intérêt croissant pour la scène l’a conduite à interpréter divers rôles dont, en 2015, Roland dans Les Bavards d’Offenbach, Ottavia dans L’incoronazione di Poppea de Monteverdi (formation HEMGe) et Caecilia dans l’opéra contemporain 13 Sternbilder de Rütti (Sion et Viège, mise en scène : Stephan Grögler). En été 2016, Le Médium de Menotti (NE, mise en scène : Audrey Bertrand) et L’Orfeo de Monteverdi (Sion, mise en scène : Olivia Seigne). En 2018, Dido dans Dido and Aeneas de Purcell (St. Maurice, mise en scène Aude Gilliéron). L’été prochain, elle interprétera Hänsel dans une version de poche destinée à un public d’enfants de l’opéra Hänsel und Gretel d’Humperdinck (Berne et Valais, misen en scène : Paolo Queiroz).

Parallèlement à ses engagements en tant qu’interprète, elle enseigne le chant à l’école de musique du Haut-Valais et coache vocalement divers chœurs et ensembles vocaux.

Jan Dobrzelewski

Jan Dobrzelewski, de nationalité suisse et français, a débuté l’apprentissage du violon à l’âge de 4 ans et à l’âge de 5 ans il joue comme soliste à la télévision française ORTF. Parallèlement à ses études de violon, il développe la direction d’orchestre au Conservatoire de Neuchâtel et gagne   le Concours International de Colmar en 1968 avec son Quatuor Neuchâtelois à l’âge de  17 ans. Il a ensuite poursuivi ses études au Conservatoire supérieur de Musique de Genève avec les professeurs Corrado Romano et Franz Walter.

Jan Dobrzelewski a collaboré avec de grands maîtres notamment  Luciano Berio,  Karl Engel, Philippe Entremont,  Laurence Forster. Sous sa direction ont joué Maurice André, Paul Badura-Skoda, Ana Chumachenko, Rachel Harnisch,  Jean-Pierre Rampal, Tibor Varga.

Il a eu l’occasion de dirigé  Le New York Festival Symphony Orchestra, l’Orchestre Symphonique de Bienne, l’Orchestre de chambre de Berne, l’Orchestre de Chambre de Neuchâtel, l’Orchestre Cannes PACA, l’Orchestre Symphonique National du Costa Rica, l’Orchestre de l’Etat de Mexico, etc.

Durant sa carrière, il a réalisé plus de 80 créations d’œuvres nouvelles (symphoniques, chœur et orchestre, chœur, concertos, musique de chambre et pièces solo).

Il assure des master class dans de nombreux pays : USA, Belgique, Hollande, Autriche, Italie, Chine, Portugal, Costa Rica, Panama, Salvador, Chili, Venezuela et Suisse.

Il a été directeur de la Haute Ecole de Musique de Lausanne, site de Sion, de 2006 à 2016 et membre de plusieurs Fondations de Musique en Europe, du Jury du Concours de piano Steinway aux USA et Chef invité en Belgique, Chine, France, Italie, Mexique, Hollande, Amérique du Sud, Suisse et USA.

 

L’Orchestre du FestiVal d’Anniviers

L’orchestre du FestiVal d’Anniviers est formé des musiciens animant les divers concerts de la manifestation estivale. Il est complété par des étudiants en formation professionnelle dans diverses Hautes Ecoles de Musique de la région ou d’Europe. Il est dirigé par Jan Dobrzelewski, ancien directeur de la HEMU de Lausanne, site de Sion,  chaque fois que l’orchestre intervient au FestiVal d’Anniviers.


Stéphane De May

Pianiste généreux, Stéphane De May aime par-dessus tout partager sa passion, son jeu délicat et réfléchi, sa personnalité sensible, son sens aigu du contact.

Après avoir obtenu le Diplôme Supérieur de piano à l’école Normale Alfred Cortot de Paris et le diplôme de Concertiste au Conservatoire de Rotterdam, il complète sa formation par l’obtention d’un Diplôme Supérieur de musique de chambre au Conservatoire de Mons ; cela avec les félicitations du Jury et sous la direction de grands maîtres tels que A. Delle-Vigne, A. Rahman El Bacha, T. Evdokimova, G. Van Waas, …
Lauréat de nombreux concours internationaux (Italie, Espagne, Autriche, Grèce, Etats- Unis, Pays-Bas, …), son nom est à l’affiche des plus grands festivals.

De 2014 à 2019, Stéphane De May s’est vu confier le poste de directeur du Domaine Musique du Conservatoire Royal de Liège. Il enseigne en tant que Professeur de piano au Conservatoire de Rotterdam et est régulièrement professeur invité à la HEMU de Sion, situé en Valais canton Suisse où où il assure également la direction artistique du FestiVal d’Anniviers.

Sa discographie séduisante voyage à travers tout le répertoire et remporte un vif succès auprès de la presse nationale et internationale (Mendelssohn, Onslow, Debussy, Schubert, Rachmaninov, Chopin, Schumann, …).
Ses enregistrements de l’intégrale des « Nocturnes » ainsi que des deux concertos pour piano de Chopin sous la direction de Jean-Bernard Pommier sont considérés comme enregistrements de référence par la presse américaine.
Tout récemment, Stéphane De May vient de sortir l’intégrale des «Romances sans paroles» de Mendelssohn.

Son répertoire de concert comprend plus de vingt concertos allant de Bach à Poulenc. Chambriste recherché, il a eu le grand honneur d’être invité avec le Trio Portici (Luc Tooten- violoncelliste et Damien Pardoen-violoniste) au voyage officiel du Roi et de la Reine de Belgique en Lituanie ainsi qu’au concert d’Automne au Palais Royal en 2006. Depuis 2007, le Trio Portici est « en résidence » à l’Université Catholique de Leuven (KUL) et en est devenu officiellement ambassadeur. Lors de ses prochains concerts, Stéphane De May sera entouré par le Trio Portici, Pierre-Henri Xuereb, Regis Pasquier, Sabine Conzen…