Solistes

Régis Pasquier, Violon

Régis Pasquier a été élève de Zino Fransescatti, avec qui il enregistrera plus tard le Concerto pour 2 violons de J.S. Bach. En 1958, il remporte les premiers prix de violon et de musique de chambre au Conservatoire national superieur de musique de Paris. De 1977 jusqu’en 1986, il devient violon solo de l’Orchestre national de France. En 1985, il est nommé professeur de violon et de musique de chambre au Conservatoire national supérieur de musique de Paris, où il enseigne jusqu’en 2011. Dès 1960, il a effectué de nombreuses tournées à l’étranger.

Il a formé pendant un temps avec son frère Bruno Pasquier (altiste) et le violoncelliste Roland Pidoux un trio recherché.

Il a reçu en 1988 le Prix Charles Cros, et en 1991 le titre de « soliste de l’année » aux Victoires de la musique.

Le virtuose se produit fréquemment dans son village de Montréal en Bourgogne.

Pierre-Henri Xuereb

Élève dans la classe de Serge Collot au Conservatoire national superieu de musique de Paris, il obtient à l’âge de 16 ans un premier prix d’alto. Il part ensuite se perfectionner aux États-unis auprès de William Primrose et Walter Trampler, à la Juilliard School ainsi qu’à l’Université de Boston où il obtient en 1982 le titre de Bachelor of Music.

Il devient en 1980 alto solo de l’Ensemble intercontemporain dirigé par Pierre Boulez, orchestre qu’il quitte en 1982. Depuis 1989, il devient professeur d’alto au Conservatoire de Paris ainsi qu’à l’École normale de musique de Paris. Il donne également des master-classes un peu partout dans le monde (dont le Printemps de la Musique à Saint-Dizier qu’il dirige en tant que directeur artistique) et joue fréquemment au sein du Quintette Patrick Gallois et de l’Ensemble Alternance. Il est aussi professeur au conservatoire royal de Liège.

Il a imaginé avec le luthier Friedrich Alber un alto à cinq cordes (les quatre habituelles do sol la plus le mi du violon) appelé grand’viola qui lui permet de jouer avec plus de facilité des partitions écrites pour des instruments tombés dans l’oubli : la Sonate per grand’viola e orchestra de Niccolò Paganini, la Sonate Arpeggione de Franz Schubert ou encore la Sixième suite pour viola pomposa de Jean-Sébastien Bach.

Sa discographie comporte une vingtaine de disques.

Il a été membre de l’Académie de Lascours.

Damien Pardoen, violoniste

Membre de l’Orchestre Philharmonique du Luxembourg et chargé de cours dans la classe de violon de Philippe Koch au Conservatoire Royal de Musique de Liège, Damien Pardoen mène une carrière de chambriste dans de nombreux pays européens. En janvier 2000 sort son premier disque en collaboration avec le pianiste Stéphane De May (Fibonacci Production / FIBO-002), reprenant des œuvres de musique postmoderne.Titulaire de plusieurs prix belges et internationaux (tels que les concours Axion Classics, Horlaît-Dapsens ou le Concours International de Musique de Vienne), il s’est vu attribuer le prix Pelemans en récompense à son attachement à la défense de la musique belge.

Luc Tooten

Luc Tooten a été pendant plusieurs années premier violoncelle solo de l’orchestre Brussels Philharmonic.

Il s’est produit en tant que soliste sous la direction de chefs éminents tels que Yoel Levy, Alexandre Rahbari, Michel Tabachnic, Jan Lathem-Koenig, Walter Proost, Hervé Niquet, Andrey Boreyko et Tan Dun.

Ses nombreux concerts de musique de chambre l’ont mené dans toute l’Europe , ainsi qu’au Canada, en Chine, en Israël, au Mexique et aux Etats Unies .

Il collabore régulièrement avec Martha Argerich, Boris Berezovsky, Ivry Gitlis, Jean-Bernard Pommier, Eliane Rodriguez, Michel Letiec, Polina Leschenko, Itamar Golan, Frank Braley, Michael Guttman et Vadim Repin.

François de May, violoniste

Le jeune violoniste François de May a étudié dans la classe de Dominique Woltèche à Grez-Doiceau, il se perfectionne auprès de Jan Dobrzelewski et Marc Bouchkov. Membre de l’ensemble Constellations Musicales en Belgique, il obtient, en 2016, le prix du Festival d’Anniviers.

Les solistes

Stéphane De May, pianiste

Pianiste généreux, Stéphane De May partage sa passion à travers son jeu délicat et réfléchi, sa personnalité sensible et son sens aigu du contact.

Lauréat de nombreux concours internationaux (Italie, Espagne, Autriche, Grèce, Etats-Unis, Pays-Bas, …), son nom est à l’affiche des plus grands festivals. Sa discographie déjà séduisante remporte un vif succès auprès de la presse internationale. Depuis ses « Nocturnes » de Chopin considérés comme enregistrement de référence par la presse américaine jusqu’aux œuvres contemporaines, elle fait escale par la musique de chambre, les concertos ou les Tangos.

Chambriste recherché, il se produit notamment avec le Trio Portici, ambassadeur et en « résidence » de l’Université Catholique de Leuven, invité, entre-autres, en concert au voyage officiel du Roi et de la Reine de Belgique en Lituanie et au Palais Royal.

Stéphane De May est professeur de piano au Conservatoire de Rotterdam et directeur du domaine musique du Conservatoire Royal de Musique de Liège. Il est régulièrement invité comme professeur à l’HEMU de Sion en Suisse.